Lexique

Acide picrique : voire mélinite

 

Amatol

Explosif militaire qui a été utilisé principalement dans la Première et la Seconde Guerre mondiale. Il est constitué de trinitrotoluène (TNT) et de nitrate d'ammonium (NO3 NH4+) dans des proportions stœchiométriques. Le produit mélangé a une puissance un peu moins explosive que le TNT pur, l'équivalent TNT est de 0,8. L'amatol a été l'un des premiers explosifs militaires largement utilisé car il est insensible aux chocs, à la chaleur et au froid et donc relativement facile à manipuler.

Ammonal

Explosif utilisé à partir de la première Guerre mondiale. Il est composé d'un mélange de nitrate d'ammonium, de trinitrotoluène (ou Tolite) et d'aluminium en poudre dans les proportions d'environ 22/67/11. C'est un dérivé de l'amatol (composé de trinitrotoluène (TNT) en proportion égale avec le nitrate d'ammonium). Le nitrate d'ammonium fonctionne sert d'oxydant et l'aluminium d'amplificateur de puissance. Dans une certaine mesure, l'aluminum le rend plus prompt à la détonation.

Atelier de Chargement de Pont de Claix (ACX)

L’Atelier de Chargement de Pont de Claix (ACX) fut créé en 1916, à quelques kilomètres de Grenoble. L’établissement, destiné au chargement d’obus en produits spéciaux (phosphore incendiaire, ypérite, phosgène et autres produits asphyxiants), dépendait de l’Etablissement central du matériel chimique de guerre et de la Section centrale des ateliers de chargement en produit spéciaux. Son activité fut intense jusqu’en 1918 mais après l’armistice, les travaux de chargement cessèrent et l’établissement devint Annexe-Magasin du parc spécial de Paris, puis Annexe Comptable de ce parc le 1er juillet 1923. En juillet 1925, le Parc Annexe de Pont de Claix fut rattaché au Parc d’Artillerie Régional de Grenoble. L’établissement eut alors pour seule activité le stockage et l’entretien de munitions d’artillerie et de produits spéciaux.

En 1934, une commande de chargement d’obus d’exercice pour école à feu permit une reprise d’activité. Du personnel féminin fut embauché. Ces commandes se poursuivirent jusqu’à la seconde guerre mondiale. L’établissement prit le nom d’Atelier de chargement en 1934, puis en 1935, il fut rattaché à la Direction des Etudes et Fabrications d’Armement (DEFA devenue par la suite DTAT, puis DAT). En 1940, l’effectif de l’ACX atteignit 2000 ouvriers. Le 1er janvier 1946, l’établissement fut affecté à la Direction des Poudres. En 1947, l’activité de l’établissement s’orienta vers la démolition des munitions d’infanterie et le stockage de munitions. En 1948, s’ajouta une activité de confection et de chargement de grenades lacrymogènes, tandis que la vente de chloropicrine s’amplifiait. A partir de la fin des opérations d’Indochine et d’Algérie et de l’achèvement des commandes off-shore, l’activité de l’atelier de Chargement de Pont de Claix ne cessa de diminuer. En 1965, l’ACX comptait 203 personnes, et 179 personnes (137 ouvriers, 25 employés et 17 militaires) en 1967. La reconversion de l’ACX au profit de la société PROGIL fut envisagée dès 1967. Cette entreprise, voisine de l’Atelier de Chargement, était en pleine expansion. Par ailleurs, elle s’engageait à reprendre tous les personnels qui le désireraient en leur garantissant l’équivalence des salaires et des avantages sociaux. L’Atelier de Chargement de Pont de Claix fut remis à la société PROGIL le 2 mai 1969 dans la cadre de la réforme des Poudres.

Hexogène

L'hexogène ou RDX ou cyclotriméthylènetrinitramine ou cyclonite est un explosif cristallin de couleur blanche utilisé en mélange avec d'autres explosifs et d'additifs (huiles ou cires). Il entre dans la composition entre autre du Semtex ou du C-4. C'est un des explosifs militaires les plus puissants, très stable à température ambiante et nécessitant un détonateur pour son explosion.

LACROIX (Entreprise)

L’entreprise spécialisée dans la pyrotechnie est fondée par le Toulousain Etienne Lacroix (1823-1905) en 1848. Elle s’imposera dans le domaine au fil des années et devient le principal concurrent de Ruggieri dans les années 1980, pour l’absorber en 1997.  

 

Lyddite : voire mélinite

 

Marquages d'usine

http://forest.frenchboard.com/t391-abreviation-munitions-francaises

ACX : ATELIERS DE PONT DE CLAIX

ARS : ATELIERS DE CONSTRUCTION DE RENNES

EAB : ETABLISSEMENT D’ARMEMENT DE BOURGES

ECN : ETABLISSEMENT DE CHATEAUDUN

ECP : ECOLE CENTRALE DE PYROTECHNIE DE BOURGES

EPC : Société Anonyme d’Explosifs et de Produits Chimiques  à Saint Martin de Crau

ETS : ETABLISSEMENT DE THOUARS

MAS : MANUFACTURE D’ARMES DE SAINT ETIENNE

MR : MANUFACTURE DE MACHINES DU HAUT RHIN

LU : LUCHAIRE

LUL : LUCHAIRE

LXT :  SOCIETE LACROIX A TOULOUSE

PB : POUDRERIE DE PONT DE BUIS

PSM : POUDRERIE DE SAINT MEDART

RCPT :  RUGGIERI

RHU : RHEINMETALL UNTERLUSS

RIR : RUGGIERI

RMS : RUGGIERI USINE DE MAZERES

RMX : RUGGIERI USINE DE MONTEUX

RSD : RUGGIERI USINE DE SAINT DENIS

RTE : RUGGIERI USINE DE TOULOUSE

RY : ETABLISSEMENT REY FRERES NIMES

RYN : ETABLISSEMENT REY NIMES

S.A.E. : SOCIETE D'ARMEMENT ET D'ETUDES ALSETEX

SM : POUDRERIE DE SAINT MEDARD EN JALLES fabricant d’explosif

T.N.P. : ETABLISSEMENT TITAN PONTAILLER

 

Mélinite ou Lyddite ou acide picrique ou acide carbo-azotique

Composé chimique 2,4,6-trinitrophénol,(NO2)3C6H2-OH découvert par Peter Woulfe en 1771 suite à l'action de l'acide nitrique sur l'indigo. Welter l'obtint par action de l'acide nitrique sur de la soie, il fut de ce fait longtemps désigné sous le nom de "Jaune amer de Welter". C'est un solide cristallin jaune fabriqué à partir du chlorobenzène. C'est un composé très réactif (explosif, comme tous les composés hautement nitrés, par exemple le trinitrotoluène ou la nitroglycérine), de puissance dépassant légèrement celle du TNT. Il attaque la plupart des métaux en produisant des picrates très instables et également explosifs (choc, friction, feu ou autre sources d'ignition). Pour des raisons de sécurité, son transport s'effectue sous forme humide (30% ou plus d'H2O), et les laboratoires qui l'utilisent le conservent également ainsi, toujours dans des contenants en verre (pas en cristal, qui contient du plomb, ni en métal). C'est un produit irritant pour la peau, les yeux et les voies respiratoires et toxique par inhalation, par contact avec la peau et/ou par ingestion.

La vitesse de détonation de l'acide picrique est de 7 650 m·s-1 à sa densité maximale obtenue par compression. Sec, il est plus sensible aux chocs et aux frottements qu'additionné d'eau (on dit que l'eau le "flegmatise"), mais un peu moins que le TNT et beaucoup moins que l'hexogène ou la penthrite. C'est un des explosifs secondaires les plus stables. Il est encore plus stable s'il est recristallisé après fusion.

Nitrate d'ammonium

Composé chimique de formule NH4NO3, principalement utilisé comme engrais azoté (Nomenclature des engrais NPK 35-0-0). Dans ce cas, il est plus connu sous le nom d'ammonitrate.

Piège à balle

Système associé à une grenade à fusil et permettant l’utilisation d’une cartouche à balle ordinaire pour effectuer la projection de la grenade. La balle est capturée dans la grenade et la propulse en lui transmettant son énergie cinétique.

RUGGIERI (Entreprise)

C’est une des plus vieilles entreprises d’artifice puisque sont origine se perd dans les années 1739, par la venue en France des cinq frères Ruggieri, originaire de Bologne en Italie, célèbrent pour leur talent d’artificiers. Ils se font vite reconnaître en France par la qualité de leurs feux d’artifice et l’ainé, Pétronio recevra de Louis XV le titre d’artificier du roi.

Les descendants directs continueront la tradition jusqu’en 1882, date à laquelle la direction passera au gendre du dernier descendant mâle des Ruggieri.

En 1997, l’entreprise est rachetée par son concurrent direct Lacroix et devient l’entité Lacroix – Ruggieri. L’entreprise devient leader européen des concepteurs de spectacles pyrotechniques. En 2012, l’entreprise délaissa le patronyme Lacroix pour reprendre le nom de Ruggieri.

L’activité Ruggieri s’applique également dans la réalisation de feux de signalisation et de fumigène. En matière de grenade, l’activité de Ruggieri s’inscrit dans la réalisation de fusées éclairantes et fumigènes.

Shrapnel

En 1784, le lieutenant Henry Shrapnel (1761–1842) du Corps royal d'artillerie britannique (Royal Artillery) entreprit la mise au point d'une arme anti-personnelle. Jusqu’à cette époque, l’artillerie pouvait tirer à longue distance soit des boulets pleins ou explosifs par l’intermédiaire d’une fusée, et utilisait à courte distance contre les troupes des boîtes à mitraille, cylindres remplis de balles de plomb. L’efficacité des boîtes à mitraille par l’effet de dispersion ne permettait pas de dépasser 300 m.  L'innovation de Shrapnel consista à combiner l'effet multiprojectile de la mitraille avec l'effet retard du fusant pour porter à distance l'effet de la boîte à mitraille. A cet fin, les balles de plomb étaient placées à l’intérieur du boulet et dispersées à l’explosion de celui-ci. Jusqu’à la première guerre, le terme de Shrapnel, désignait donc un « obus à balles » ou «  obus Shrapnel » puis de manière abusive, désigna des petits fragments projetés par une explosion, quelle que soit leur origine.

Shrapnel

Premier engin explosif à balles de plomb, inventé par le Lieutenant Henry Shrapnel, et sa première version « améliorée » par le capitaine E.M. Boxer (B).

SERAT (bureau d'étude)

SERAT : Société d'Etudes, de Réalisations et d'Applications Techniques.

STRIM (bureau d'étude)

STRIM : Société Technique de Recherches Industrielles et Mécaniques. 

Tolite ou TNT ou Trinitrotoluène

Le TNT (trinitro-2,4,6 toluène) a été découvert en 1863 par le chimiste allemand Julius Wilbrand. Son potentiel explosif n'a pu être observé que plusieurs années plus tard, en raison de sa stabilité,  son peu de sensibilité au choc et la nécessité d’amorcer son explosion par un détonateur. Il n'interagit pas avec les métaux et n'absorbe pas l'eau, ce qui lui assure une stabilité pour des stockages assez longs, contrairement à la dynamite, mais il peut former des composés instables au contact de métaux alcalins. Il sert de standard pour la mesure du pouvoir de destruction des autres explosifs.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire