22 - Le système VB (Viven Bessière)

Jean Viven et Gustave Bessière sont des ingénieurs civils, domiciliés à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) à l'origine d'un système de grenade à fusil utisant un tromblon se fixant sur le fusil réglementaire lebel 1886 et permettant de propulser différentes type de grenades.
Il est composé d’un tromblon en acier trempé appelé également canon VB ; l’âme est d'un calibre de 50 mm. La partie arrière du tromblon est constituée d’une douille fendue, qui glisse à frottement sur l’extrémité du canon du fusil, emboîtant le guidon. Le tir s’effectue au jugé, l’inclinaison donnée par le tireur, permet l’envoi d’une grenade entre 80 et 170 mètres. Cependant en 1917, le grenadier utilise l’appareil de pointage et de repérage modèle 1917 (M). Cet appareil se fixant sur la planche de hausse du fusil, aide à donner l’inclinaison parfaite pour une portée précise.

 

71531 452648394686 632084686 5039818 2667107 n
Tromblon vb 14 18
Appareil de pointage mle 1917 m web

Grenade VB :

Mise en service en 1916 sous la dénomination de "Obus à fusil V.B." puis  de "Grenade explosive à fusil VB (Viven-Bessière)" à partir de juin 1927. Elle comprend un corps de fonte cylindrique, à fragmentation intérieure (quadrillage). Celui-ci est traversé par deux tubes sertis : le tube central destiné au passage de la balle de fusil, et le tube latéral destiné à recevoir le détonateur et la fusée. La fusée en laiton, est engagée à forcement dans le tube latéral ; elle renferme dans un canal étroit, une composition fusante dont la durée de combustion est de 8 secondes ; la tête de fusée porte l’amorce qui est de type dit « d’appareil d’amorçage fermé » pour douille de chasse ; quelques grains de poudre noire assurent la transmission du feu de l’amorce à la composition fusante ; la tête de fusée est percée de deux trous d’évents, un axial et l’autre latéral dans le prolongement du logement d’amorce ; ces trous d’évents sont bouchés à la cire et vernis pour préserver l’intérieur de la fusée contre l’humidité. Le détonateur est maintenu en place par un godet de calage en caoutchouc et une vis ferment le tube latéral. Sous la tête de fusée est engagée la palette percutante dont l’extrémité est relevée en regard de l’amorce. L’orifice de chargement est fermé par un bouchon vissé. L’amorce de la fusée quant à elle est placée latéralement en face d’une petite palette percutante faisant saillie au dessus du canal central, de sorte qu’au départ du coup, la balle enflamme l’amorce tandis que le gaz de la cartouche en se détendant, projette la grenade.

Vb didact 40 e

Le système d’amorçage est protégé par un capuchon de laiton percé en son centre d’un orifice de passage de la balle. Il n’est pas nécessaire de le retirer pour effectuer le tir.
Contrairement à d’autre grenade à fusil, il n’est pas nécessaire de disposer d’une cartouche spéciale type « feuillette ». L’utilisation de ce type de grenade se faisait par une escouade de grenadiers et par tir de salves qui permettaient de couvrir une surface importante du champ de bataille.
Les VB sont livrées et chargées, c’est à dire prête à l’emploi, par caisses de 100.

Les grenades VB présentent en général un corps lisse sans marquage particulier. Les grenades VB pendant la guerre de 1914-1918 était fabriquée par une fonderie appartenant à la Compagnie Minière et Métallurgique du Bassin d'Aubin, société qui fut rachetée en 1929 par la "Compagnie des Forges de Châtillon, Commentry et Neuves-Maisons".
Cependant, la VB a été fabriquée en très grand nombre en France et au Etats Unis et était encore réglementaire lors du second conflit mondial. De nombreux types de marquages de forge peuvent être rencontrés :"ASC"," AF", "GM" (General Motors ?),"GC","FS","RS", "S", "SP", "U" parfois "U" couché.

Grenade VB pour les soldats US :

A l'entrée en guerre des états unis, le système VB a été adapté au fusil US (Springfield 1903 et Enfield 1907) par l'adoption d'un tromblon spécial. Un production d'une série de 50.000 grenades VB furent librées puis les firmes américaines comme Westinghouse, Briggs & Stratton, American Radiator Company, Stewart Warner Speedometer Corporation prirent le relai jusqu'à 250.000 par jour.
Les grenades VB US étaient réalisées en fer malléable (contre fonte), plus souvent avec tube central en acier étiré (contre laiton) plus petit en calibre .30 soit 7.62 mm (contre 8 mm). La palette de percussion avait une forme différente plus massive avec parfois des vis de fermeture hexagonale. Elle était généralement peinte en gris. 

Vb us 1
Vb us v1
Vb us v2

Grenades VB d'exercice :

Il existe trois modèles de grenade V.B. d’exercice :
1° La grenade V.B. inerte, comprenant un corps de grenade lesté dont l’ogive porte une bande circulaire de peinture rouge et une fusée inerte (sans détonateur).
2° La grenade V.B. lestée-amorcée, comprenant un corps de grenade lesté dont l’ogive porte une bande circulaire de peinture blanche et une fusée spéciale avec détonateur.
3° La grenade V.B. fumigène d’instruction, comprenant un corps de grenade chargé d’un mélange de soufre et de pulvérin  dont l’ogive porte une bande circulaire de peinture bleue, et une fusée avec détonateur.
Ce modèle permet de se rendre compte, à l’instruction des points de chute de la grenade. Ces trois modèles de grenades V.B. d’exercice se tirent exclusivement avec une cartouche spéciale sans balle. On prend soin, avant le tir de ces grenades d’incliner à 45° la palette percutante. Le fonctionnement du système d’amorçage s’opère dans ces conditions semblables à celui de la grenade de guerre.
Le poids des grenades V.B. d’exercice est de 475 grammes environ.    
Les  grenades  V.B. d’exercice sont délivrées par les parcs d’artillerie, prêtes à être tirées.

Vb he 10

Grenade VB porte message :

Aussi dénomée grenade lance message Bessières, cette grenade sert à envoyer un message à travers les lignes de combat. Elle est composée d'un corps cylindrique en fonte de 50 mm de diamètre, tronconique à sa partie supérieure recevant une gaine fermé par un bouchon fileté. La gaine contient un étui en fer blanc qui contient la cartouche sans balle permettant le lancement de la grenade et secondairement le message à envoyer. L'extrèmité inférieure reçoit un mécanisme d'amorçage par inertie qui enflamme une composition fumigène rouge. La fumée se manifeste quelques seconde après le lancement et permet de suivre la trajectoire du projectile et en localise la chute. Elle persiste de 35 à 45 secondes. La grenade doit être placée dans le tromblon bouchon vert le bas.

Vb portemessage
Vb porte message schema 1
Vbportemessage1

Grenades VB d'illumination :

C'est un cylindre d'un diamètre de 50 mm contenant à sa base un bouchon de bois qui reçoit un système d'amorçage à retard. Un embouti en fer blanc portant un percuteur en son centre coiffe la base et est maintenu à distance par des clous. Au départ du coup, l'embout s'enfonce dans le bouchon de bois et vient percuter l'amorce qui transmet le feu à un retard de 4 secondes qui au sommet de la trajectoire actionne une charge de poudre permettant le dépotage et l'allumage d'une mèche à étoupille relié au pot fumigène. Sur les grenade VB à signal de plus petite taille, le sommet du cylindre est fermé par une rondelle en carton et un bouchon avec une marque en relief. Les grenades VB éclairantes sont plus longues en raison de la présence d'un parachute permettant de ralentir la chute du pot éclairant. Elles sont obturées de la même manière et marquée en relief. Une cartouche propulsive sans balle était fixée par une agrafe à la grenade.

Les signaux sont à 1 étoiles, 3 étoiles, 6 étoiles blanches, rouges ou vertes sans parachute. Les signaux à parachute sont blanc, rouge, vert et à chenille de 5 feux blanche, rouge, verte. Il existait également un VB à parachute de fumée jaune ou rouge uniquement visible de jour.

 

 

Vbillumination

Grenade F1 pour le tir au tromblon VB

Le système VB pouvait également projeter des grenades défensives F1 par l'intermédiaire d'un sabot de bois d'un diamètre de 50 mm qui se plaçait dans le tromblon.

La grenade F1 était enchassée sur une extrémité du sabot et solidarisée par un haubanage en fil de fer. 

Le sabot était percé d'un canal central et recevait à l'extrémité inférieure une semelle métallique cloutée et percée en son centre d'un orifice.

Au départ du coup assurée par une cartouche "feuillette", la flamme était transmise par l'intermédiaire du canal à l'allumeur de la grenade.

Références

Les grenades françaises de la grande guerre Patrice Delhomme

Les grenades à fusil françaises Gazette des ames N°111 Patrice Delhomme

Manuel du gradé d'infanterie Edition 1935 p 354.

http://www.militaria1940.fr/t2339-grenade-a-fusil-vb-fumigene - VB d'illumination

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire