8 - Les grenades de la manufacture de Foug

Les grenades Foug tiennent leur nom de la fonderie de FOUG en Meurthe et Moselle crée en 1905 par C. CAVALLIER (1854-1926), industriel possédant plusieurs usines sidérurgiques et de charbonnage en Lorraine. Ces autres usines étant en territoire occupé, Foug sera la seule usine de la Société disponible et fabriquera rapidement des munitions de guerre, malgré la proximité du front et les incursions des avions ennemis.

Grenades Asperges Foug Mle 1915 petit et grand modèle :

Il s’agit d’une grenade défensive cylindrique en fonte pré fragmentée à l’extérieur, sphérique à une extrémité et recevant un bouchon percuteur à l’autre extrémité.
Deux modèles ont été produit l’un de 700 g (petit modèle) et l’autre de 1400 g (grand modèle).
C’est en quelque sorte un perfectionnement du pétard raquette par l’amélioration de fragmentation du tube et l’adaptation d’un système de percussion moins artisanal.
Elles seront rapidement remplacées par la Citron Foug ce qui fait qu'elles sont rarissimes en collection.

 

 Ci-contre Grenades Foug Asperges petit et grand modèle - schéma de P. Delhomme

Grenade Citron Foug (CF) Mle 1916 :

Il s’agit d’une grenade défensive en forme de citron quadrillé extérieurement. Elle résulte d’une tentative d’amélioration de la fragmentation du corps en fonte. Elle pesait 550 g dont 90 g de cheddite. Elle était fournie chargée et amorcée par caisse de 20.
Elle fera partie des grenades les plus produites avec la F1 et restera réglementaire plusieurs années après la fin de la première guerre.

Système d’allumage à percussion des grenades Foug :

Le système de percussion commun à toutes les grenades Foug est composé d’un bouchon en bois qui reçoit un percuteur en forme de clou éloigné par un ressort de l’amorce qui enflamme un cordon retard de 5 secondes. Le fonctionnement est simple par percussion du clou sur une surface dure.
Le système de fixation du bouchon allumeur en bois varie au fil du temps d’une fixation par tenon en bois puis par collage. De même la fixation de la plaque de couche du bouchon allumeur pouvait être soit clouté puis à partir de 1918 clipé.

 

Citron foug difference de fixations


Le percuteur est protégé par un capot de protection en tôle dont la forme évolua avec le temps selon trois types :
- 1er modèle pointu en 1915
- 2ème modèle arrondi en 1916
- 3ème et dernier modèle plat à partir de 1918.
Ce système n’était pas à l’abri d’une percussion accidentelle notamment lors du déchargement trop violent des caisses ou lors du transport dans une musette. Cette sensibilité de l'allumeur fera qu'en plus d’être utilisée comme grenade à main, elle sera tirée enchâssée dans un sabot en bois à l’aide du fusil Guidetti utilisant un tromblon de 65 mm. La grenade étant amorcée par l'inertie au départ du coup.

Grenade à manche française Mle 1915 :

La grenade à manche copiée sur les grenades allemandes à été fabriqué à seulement 48.000 exemplaires entre avril et juillet 1915 à Foug. Elle était équipée d’un allumeur à traction Mle 1885 relié à un cordon Bickford de 5 secondes.

 

MILITVINCENT  http://lagrandeguerre.cultureforum.net/t100282-la-grenade-a-manche-foug-m1915

Grenade oeuf française Mle 1917 :

Cette grenade copiée sur les grenades œufs allemandes ou anglaises n’a été fabriqué qu’à peu d’exemplaires en 1917. Elle reprend la forme d’un œuf avec un quadrillage intérieur et à l’extérieur deux anneaux permettant une meilleur préhension.

Son système d'allumage est à percussion et reprend en réduction le modèle de la grenade Foug citron.
 

 

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire